La perturbation des cétacés se produit principalement lorsque leur observation en mer (whale watching) se pratique de manière incontrôlée, voire à l'occasion d'observations scientifiques qui nécessitent certaines techniques d'approche et de contact avec l'animal. La perturbation peut également intervenir lorsque les routes de navigations rencontrent les sites dits « sensibles » (sites de reproduction, d'alimentation, etc.), ou lorsqu'une concentration importante de bateaux les encercle (plaisance, courses sportives, etc.).

Perturbation liée au whale watching
et options de gestion

Pratiquée de manière incontrôlée, l'activité écotouristique du whale watching peut nuire aux espèces observées. Des effets à court terme (changement de comportement, fuite, éclatement du groupe, perturbations dans le cycle de sonde - respiration, dans leur phase de repos, etc.) peuvent représenter un réel danger pour les populations de cétacés sur le long terme, principalement sur des populations numériquement faibles et/ou isolées géographiquement.

D'autre part, il a été reporté ces dernières années certains accidents dus à des nageurs à l'eau en présence de cétacés. Le plus connu d'entre eux concerne une assistante photo en 1992, à Hawaï. Un Globicéphale mâle du groupe filmé a entreprit de s'emparer de la jambe de la jeune femme, de descendre avec elle à 12 m de profondeur, pour enfin remonter à la surface. En Méditerranée, on recense au moins trois cas comparables avec des Globicéphales noirs (Globicephala melas).

Dans la zone du Sanctuaire, une étude d'impact du whale watching et de la présence de bateaux de plaisance a démontré les faits suivants :

  • le Cachalot commun et le Rorqual commun manifestent une tendance à l'indifférence (surtout en période de chasse ou de migration) à l'opposé des Dauphins communs qui présentent une forte tendance à l'approche,
  • les Grands dauphins présentent des réactions fréquentes d'évitement,
  • toute approche excessive ou agressive de bateau interrompt l'activité du cétacé,
  • lorsque cette approche est agressive vers un groupe de cétacés avec leurs petits, la réponse est la fuite, si ce n'est la panique,
  • les cétacés tolèrent moins bien les interactions avec les bateaux lorsqu'ils sont en période de repos, et ils sont plus indifférents en phase de prédation ou de voyage,
  • les cétacés acceptent mal l'approche simultanée de plusieurs bateaux.

Il est donc indispensable que cette activité soit réglementée, ou à minima encadrée, d'une part pour les mammifères marins eux-mêmes, d'autre part pour les « whale watchers » inconscients du danger qu'un animal sauvage peut représenter.

Une des options de gestion de l'activité de whale watching consiste à mettre en place un label de qualité pour la pratique d'un whale watching responsable en Méditerranée.

Afin de remédier aux pratiques d'observations mal gérées, le Sanctuaire Pelagos et ses partenaires ont mis en place un pdf   pdf code de bonne conduite pdf  à respecter par les tours opérateurs pratiquant l'activité. A la suite de la mise en application de celui-ci, le Sanctuaire Pelagos et l'ACCOBAMS, en concertation avec les scientifiques et les opérateurs et prescripteurs français, italiens et monégasques de whale watching, ont établi un cahier des charges pour la mise en place d'un label écologique. Ce label constituera un outil de gestion international (dans un premier temps pour la zone Pelagos, puis étendu à l'aire de l'ACCOBAMS). Il permettra :

  • au public d'identifier les opérateurs inscrits dans une démarche de responsabilité écologique,
  • et de contribuer à favoriser une activité raisonnée et à limiter ainsi ses impacts sur les cétacés tout en favorisant ses atouts (sensibilisation au respect de l'environnement, éducation).

Le cahier des charges de ce label a été discuté lors de diverses réunions impliquant les acteurs du whale watching (gestionnaires, scientifiques, opérateurs), et a été validé après concertation lors de la 3ème Conférence des Parties Contractantes à l'ACCOBAMS en octobre 2007. Dans les grandes lignes, ce cahier des charges stipule que les opérateurs :

  • suivront une formation,
  • respecteront le pdf pdf code de bonne conduite pdf ,
  • participeront aux programmes de recherche saisie d'une pdf fiche d'observation des cétacés  permettant d'enrichir la base de données (et contribueront, pour les grosses unités, à une réflexion visant à définir les modalités d'embarquement d'un scientifique),
  • participeront, sur une base volontaire, à différents groupes de travail (limitation des impacts acoustiques et dépendance aux énergies fossiles en particulier),
  • proposeront des sorties naturalistes, et non plus strictement axées sur les cétacés,
  • diffuseront un message de qualité à bord (contexte environnemental, biologie, menaces, etc.).

Le choix de la mise en place d'un label dans une démarche volontariste, plutôt que celui d'une réglementation, a été retenu dans un premier temps afin de préférer l'approche participative et de concertation entre les gestionnaires et les opérateurs de whale watching.

 

Perturbation liée au trafic maritime
et options de gestion

En ce qui concerne les perturbations liées au trafic maritime dans les zones dites sensibles (sites de reproduction, d'alimentation, etc.), un programme de recherche intitulé "IMPACT-CET®" a été lancé afin de mieux comprendre et gérer les interactions pouvant exister entre les activités humaines et les cétacés. Cette étude vise à établir un état des lieux, déterminer les caractéristiques spatio-temporelles des différents trafics et quantifier l'intensité du trafic en terme de pression (fréquence et densité). La comparaison des cartes des pressions des différents trafics avec celles des zones d'habitats préférentiels des animaux, permettra de mettre en évidence les zones et les périodes les plus exposées aux impacts négatifs liés aux activités humaines. Dès lors, des solutions adaptées seront proposées pour une meilleure gestion de ces risques au sein du Sanctuaire.

 

Perturbation liée aux compétitions sportives
et options de gestion

Les engins rapides à moteur peuvent perturber les cétacés côtiers, surtout si leurs rassemblements ont lieu dans des zones de concentration des mammifères marins. Les cétacés à proximité peuvent se faire surprendre par la vitesse des engins et ont parfois du mal à se dégager une fois « poursuivis » par ceux-ci.

L'article 9 de l'Accord Pelagos prévoit quant à lui que « les Parties se concertent en vue de réglementer, et le cas échéant, interdire dans le Sanctuaire les compétitions d'engins à moteurs rapides ».

En Italie, l’article 5 de la loi n°391 du 11 octobre 2001 interdit toute compétition d’engins à moteur rapide dans les eaux territoriales italiennes du Sanctuaire Pelagos.

Dans les autres Etats Parties à l'Accord, des avis négatifs sur l'organisation de telles courses dans les eaux du Sanctuaire ont été émis à plusieurs reprises. Les recherches scientifiques sur la distribution des cétacés et leurs zones de concentration doivent continuer afin de mieux gérer et réglementer ces courses. Une grille d'aide à la décision établissant des normes techniques sur la définition et la catégorie de ce type d'activité et destinée à orienter les décideurs, est en cours d'élaboration.

Par ailleurs, les représentants de la Fédération Française Motonautique (FFM) recherchent les possibilités d'organiser leurs courses en s'adaptant aux exigences de protection du Sanctuaire. Dans l'avenir, les courses se dérouleront dans la mesure du possible en dehors des limites du Sanctuaire. Ce compromis permettrait à très court terme à la FFM d'afficher une volonté de prendre en compte l'impératif de protection des mammifères marins du Sanctuaire.

 

Perturbation liée aux plaisanciers
et options de gestion

D'après le programme Life LINDA, les données sur le comportement des plaisanciers en Corse, lors de rencontres avec les dauphins, soulignent la nécessité de communiquer plus largement sur les règles de bonne conduite pour cette activité. En effet, dans la grande majorité des cas, les interactions se déroulent en dehors du cadre fixé par le code de bonne conduite (97% des observations se font à moins de 50 mètres, durées supérieures à 20 minutes, etc.). Par ailleurs, la sensibilisation effectuée à la suite des interactions constatées sont plutôt bien perçues par les plaisanciers. Il est donc nécessaire de continuer la sensibilisation des plaisanciers afin que cette pratique se déroule dans les meilleures conditions possibles.

Un outil de sensibilisation destiné aux plaisanciers a été mis en place afin de les impliquer dans les démarches en devenant des « Ambassadeurs » du Sanctuaire.