L'observation des cétacés dans leur milieu naturel est une activité à vocation touristique et/ou pédagogique, communément appelée « whale watching ». Apparue dans le courant des années 90 en Méditerranée, elle se pratiquait en Amérique du Nord dès les années 50.

Actuellement, ce sont plus de 10 millions de « whale watchers » dans le monde entier qui pratiquent chaque année cette activité, rapportant ainsi des gains directs (montant des sorties en mer) et connexes (déplacements, hôtellerie, restauration, souvenirs) s'élevant à plus d'un milliard de dollars annuels, contre 504 millions de dollars en 1994.

La Méditerranée n'échappe pas à cet engouement, d'autant plus que sa biodiversité cétologique est relativement riche (13 espèces constituent le peuplement de Méditerranée nord occidentale, dont 8 cétacés facilement observables). En Méditerranée française, le whale watching est en très nette croissance depuis les années 1990. En 2005, il était pratiqué par 23 opérateurs et source d'au moins 1 730 000 d'euros de dépenses touristiques totales.

Les intérêts du whale watching sont nombreux. Parmi eux, on compte une contribution à l'économie locale (revenus directs et indirects de l'activité), à l'éducation et à la sensibilisation à l'environnement marin, à l'amélioration des connaissances sur les cétacés, à la réduction des pressions de la chasse à la baleine en certains endroits du monde, etc.

Toutefois, le whale watching n'est pas toujours réalisé de manière raisonnée et les menaces sur les populations de cétacés sont d'autant plus accrues qu'elles se combinent aux autres menaces d'origine humaine ou naturelle sévissant actuellement sur des espèces écologiquement fragiles.

Non encadré, le whale watching peut constituer une source de perturbations écologiques, alors que, bien géré, il devient un très bon outil de conservation et de sensibilisation à l'environnement, de même qu'il contribue à l'économie locale.

Conscients des enjeux liés au whale watching et désireux d'encadrer cette activité pour favoriser son développement durable, les scientifiques des Accords Pelagos et ACCOBAMS ont commencé à travailler sur ce thème en 2002. Cette démarche a débouché sur une labellisation de l'activité, comprenant un cahier des charges précis et une formation des opérateurs dispensée par des spécialistes.

Cliquez ici pour consulter la liste des opérateurs de whale watching engagés dans une démarche durable (Partie française). 

Menaces

Perturbation-harcèlements, bruits, émissions de gaz à effet de serre.